Tonneins La Manu dans un mémoire

La Tonneinquaise Marine Faisandier a choisi la Manufacture de Tonneins comme sujet de mémoire lors de ses études d'architecte

28/08/2015 à 16:10 par Lucie Vigué

Choisir la Manufacture de Tonneins comme sujet de mémoire était une évidence pour l’étudiante en architecture qu’était Marine Faisandier. Tonneinquaise, « c’est un bâtiment qui m’a toujours interrogée dans la ville. Je l’ai connu en activité puis après. La Manu, je l’ai toujours trouvée fascinante ». Logique donc qu’elle ait choisi ce majestueux bâtiment, du centre de sa commune, comme sujet du mémoire marquant la fin de son double master : architecture et histoire et sociologie de l’architecture. Mémoire rendu en mai 2014 et pour lequel elle a obtenu les félicitations du jury. « J’ai décidé de m’intéresser à son histoire et du coup à l’histoire des Tonneinquais ».

Plus de deux ans de travail

Pour réaliser son mémoire, Marine Faisandier a écumé les archives (municipales, départementales, etc.), la bibliothèque nationale de France, elle a multiplié les rencontres (anciens employés de la Manu, architecte ayant réhabilité la Manu d’Orléans…) afin de percer tous les secrets de la somptueuse bâtisse. Un travail colossal de récolte qui a duré un an et demi, « il m’a ensuite fallu un an de rédaction. Je devais d’abord faire le tri dans tout ce que j’avais ».

L’objectif était « de connaître cet établissement » alors qu’aujourd’hui, et depuis 15 ans qu’il n’est plus en activité, les jeunes Tonneinquais passent à côté sans trop savoir de quoi il s’agit. Malgré son imposante stature, la Manu commencerait presque à passer inaperçue, à se fondre dans le décor. « Je voulais savoir comment elle a été réalisée, pourquoi et quels ont été les impacts de l’industrie du tabac sur la ville ». Sans pour autant se projeter dans l’avenir et donner des pistes quant au devenir de la Manu. Cependant, la jeune femme a un petit avis, « ce qu’il y a à repenser, c’est la partie entre les quais et la Manu. Je pense que ces deux sites vont ensemble : les quais pour l’activité touristique, la Manu pour l’activité économique. Ce sont les points forts de Tonneins, ce qui a fait vivre la ville. De plus, une des raisons de la construction de la Manu, c’est la présence de la Garonne ».

Si elle considère que « c’est un grand vide dans le centre-ville », Marine Faisandier estime que le bâtiment « a énormément de qualités ». D’une part pour la fonctionnalité de son agencement, mais aussi par son état. « Il est encore viable. Structurellement il est très performant. Il a été conçu avec des matériaux nobles qui tiennent dans le temps »

Une structure archi pensée

En France, il existe de nombreuses Manufactures ressemblant à celle de Tonneins, « mais c’est l’une des dernières à ne pas avoir eu une seconde vie. »

Travailler sur la Manu de Tonneins a permis à la jeune femme de découvrir tous les recoins du bâtiment. « D’extérieur, tout a l’air à peu près semblable. Dans un premier temps, c’est une grosse machine pour laquelle on a accordé de l’esthétique. Avec le dernier agrandissement, on voit que c’est la fonctionnalité qui a été choisie » explique Marine Faisandier, relevant toutefois une cohérence globale. « En revanche, de l’intérieur, il suffit de passer une porte, et on voit des techniques bien différentes » souligne-t-elle. Elle relève ainsi plusieurs différences notables qui l’ont marquée « Au début, dans les salles, on voit que les poteaux sont en bois, ils sont travaillés. Dans un deuxième temps, les poteaux sont en fonte, plus fin pour avoir plus d’espace. Enfin, dans les années 50, on trouve d’énormes piliers en béton contre lesquels étaient adossées les machines… » détaille la jeune femme.


L’atelier Maziné, à Marmande

Au début de l’été, Marine Faisandier a décidé de se lancer et de s’installer. Par amour de la région, c’est à Marmande qu’elle a décidé de créer l’atelier Maziné, avec Richie Marudai. Si le duo a préféré le terme « Atelier », c’est pour la notion de « travail ». Quant à « Maziné », « c’est un mot créole qui signifie réfléchir et penser ».

Loin de l’effervescence parisienne de leurs débuts, « on est très content de la manière dont on débute, on a déjà des projets en cours. On a quitté Paris parce qu’on ne se retrouvait pas dans la façon de faire de l’architecture » expliquent-ils. Un choix d’installation dans une ville moyenne, un retour aux sources pour la jeune femme, mais pas seulement : « c’est une ville à taille humaine. Adaptée à notre échelle, on se sent plus utile. »

Atelier Maziné : contact@ateliermazine.fr

00000 Tonneins
|
00000 Marmande

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Soutenez les projets de votre région
Don
Don contre don
Levez des fonds auprès de particuliers en échangeant soutien financier contre produits, services, expériences ou avantages exclusifs

Investissement
Investissement en capital
Associez des particuliers ou des entreprises au capital de votre société : en direct ou via une holding gérée par Bulb In Town
Soumettre son projet
 
Découvrir les projets
un partenariat
BultInTown
Le Républicain

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Marmande - Lundi 21 août 2017

Marmande
Lun
21 / 08
32°/11°
vent 18km/h humidité 88%
Mar36°-15°
Mer29°-18°
Jeu31°-17°
Ven30°-17°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne